Apprentissage

De Centre de Formation Continue - Universite de Rouen

Apprentissage

« Processus, activité ou ensemble d'activités qui permettent à une personne de développer des compétences ou d'acquérir des connaissances à l'intérieur d'un cours ou d'un programme de formation. » (Grand Dictionnaire Terminologique)

« L’apprentissage est l'acquisition de savoir-faire, c'est-à-dire le processus d’acquisition de pratiques, de connaissances, compétences, d'attitudes ou de valeurs culturelles, par l'observation, l'imitation, l'essai, la répétition, la présentation. Il s'oppose, tout en le complétant, à l'enseignement dont le but est surtout l'acquisition de savoirs ou de connaissances au moyen d'études, d'exercices et de contrôles des connaissances. » (Wikipédia)

Dans l’optique cognitiviste (voir ci-dessous), l’apprentissage exige une implication mentale active de l’apprenant qui doit sélectionner des informations, établir des liens avec ses savoirs afin d’en élaborer de nouveaux, organiser son univers cognitif, utiliser ses ressources cognitives de manière pertinente dans les circonstances appropriées. C’est l’activité métacognitive qui lui permet de prendre conscience de toutes ces activités mentales et d’en gérer le déroulement.

« L'apprentissage peut être vu comme un processus actif et constructif au travers duquel l'apprenant manipule stratégiquement les ressources cognitives disponibles de façon à créer de nouvelles connaissances en extrayant l'information de l'environnement et en l'intégrant dans sa structure informationnelle déjà présente en mémoire » (R.B. Kozman (1991) : Learning with media)

Dans l'approche socio-constructiviste, l'apprentissage peut être compris comme un processus dynamique qui se déroule dans un contexte social où le partage, la confrontation et la négociation conduisent les apprenants à construire leurs propres connaissances : l'apprentissage résulte d'un travail individuel soutenu par des activités de groupe. L'apprenant partage des ressources avec le groupe et investit le travail réalisé par le groupe dans la construction de ses connaissances.

« Connaître et apprendre se décrivent comme une interaction réciproque intentionnelle et significative entre des sujets et des objets. » (Monique Linard, 2000)

Modèle d'apprentissage

Un modèle d'apprentissage décrit les processus selon lesquels l'être humain construit ses connaissances et s'approprie les savoirs. Il fournit un ensemble de principes sur lesquels l'apprentissage peut s'appuyer et être mis en oeuvre.

Ces modèles d'apprentissage (paradigme d'apprentissage) se distinguent de l'approche transmissive (paradigme d'enseignement) qui, elle, est fondée sur les principes suivants :

  • Les connaissances existent en dehors des personnes et elles peuvent être stockées et transmises.
  • Approche centrée sur le savoir. Il n'y a pas d'engagement sur le sens et la démarche d'un apprentissage. L'apprentissage consiste en une simple addition de nouvelles connaissances.

Hypothèses sur les apprentissages

Deux hypothèses sont posées sur les apprentissages :

  • Tout apprentissage mettrait en oeuvre des activités mentales comme l'exploration, la compréhension et la répétition.
  • Une situation d'apprentissage est la mise en oeuvre d'un équilibre différent entre ces activités.


L'apprenant peut exercer ces activités via les TIC (Technologies de l'Information et de la Communication) dont le rôle peut se décliner de multiples manières :

  • comme espace d'accès aux informations,
  • comme support aux activités de l'apprenant,
  • comme espace d'exploration,
  • comme espace de communication,
  • comme espace d'entraînement.

Principaux modèles d'apprentissage

Quatre grands courants théoriques ont donné lieu à des modalités de pratique pédagogique. La connaissance de ces modèles d'apprentissage permet de concevoir des dispositifs de formation plus cohérents et plus efficaces. Le scénario d'apprentissage vise à intégrer l'approche pédagogique choisie dans le dispositif e-learning utilisé.

Modèle Bevavioriste Cognitiviste Constructiviste Socio-constructiviste
Précurseurs (Watson, Skinner, Pavlov, Thorndike) (Atkinson, Shifrin) (Piaget) (Wallon, Vygotsky, Bruner)
Fondement
  • Le comportement peut être modifié durablement avec un modèle stimulus-réponse-renforcement.
  • Ce modèle s'attache au contenu informationnel à transmettre et aux résultats et non aux processus cognitifs de traitement de l'information.
  • Le cerveau est similaire à un ordinateur et fonctionne en traitant de l'information à l'aide de systèmes ouverts qui peuvent communiquer avec l'environnement, en manipulant des symboles
  • Le cerveau est semblable à un réseau neuronique où les concepts sont reliés entre eux par des relations.
  • L'individu recueille, modifie, encode, interprète, emmagasine l'information provenant de l'environnement et en tient compte pour prendre des décisions et orienter sa conduite.
  • Nous construisons notre propre vision du monde par l'expérience et les schèmes individuels.
  • Les variables sociales sont consubstancielles aux processus d'apprentissage eux-mêmes. Tout développement résulte des apprentissages, grâce à l'effet des mécanismes interindividuels sur les mécanismes intraindividuels.
Pédagogie
  • Modèle prescriptif
  • Pédagogie par objectifs.
  • Pédagogie de maîtrise.
  • Modèle prescriptif.
  • Ce modèle s'intéresse au fonctionnement des processus cognitifs.
  • Modèle ouvert (fournit des environnements du monde réel plutôt que des séquences d'apprentissage prédéterminées).
  • Pédagogie différenciée.
Facteurs d'apprentissage
  • Externes à l'individu
  • Internes à l'individu
  • Interactions entre facteurs externes et internes
Définition de l'apprentissage
  • Répétition d'une nouvelle structure jusqu'à ce qu'elle devienne automatique chez le sujet.
  • Par résolution de problèmes.
  • Apprendre, c'est comprendre, c'est intégrer des schèmes nouveaux à sa structure cognitive, c'est modifier ses représentations.
  • Tout processus susceptible de modifier un comportement ultérieur.
  • Processus de construction des connaissances et non d'acquisition des connaissances.
  • Par la découverte et l'action.
  • Développer les structures mentales.
  • Assimilation / accommodation
  • Activité de construction par l'individu.
  • Naît de l'interaction du sujet avec son environnement. Le sujet apprend en s'adaptant à un milieu et en agissant sur le monde.
  • S'attache à préparer le sujet à résoudre des problèmes dans des situations ambigües.
  • Par la découverte et l'intérêt.
  • Activité de construction par l'individu dans un contexte social.
  • Naît de l'interaction du sujet avec la situation d'enseignement et les acteurs de la situation.
  • Modifier ses propres représentations mentales au cours d’une activité en réponse à une situation nouvelle générée par l’environnement social et/ou matériel.
Nature de l'enseignement
  • Individualisé, par stimulation.
  • Entraînement, renforcement des réponses positives, motivation.
  • Pratique répétée pour augmenter la performance.
  • Renforcement des réponses positives.
  • Individualisé, interactif et stratégique.
  • Activités d'aide à la construction des connaissances et non des activités de transmission des connaissances.
  • Soutien.
  • Encourage la pratique réflexive (métacognition).
  • Adapté aux besoins des élèves.
  • Travail en groupes.
  • Travail basé sur les situations problèmes dans les contextes les plus réalistes possibles.
Statut du savoir
  • Le savoir est découvert par l'élève.
  • Réalité externe objective qui résulte d'un comportement acquis par l'individu.
  • La savoir est une réalité externe objective que l'apprenant doit intégrer à ses schémas mentaux.
  • Le savoir est une construction de l'individu.
  • Le savoir est construit par l'élève à l’intérieur d’un «conflit cognitif» (obstacle à surmonter : résolution d'une «situation problème»)
  • Le savoir est construit en interactions sociales à l’intérieur d’un «conflit socio-cognitif».
Rôle de l'enseignant
  • Transmetteur de l'information.
  • S'adapte aux besoins de l'élève.
  • Aide les élèves à parvenir au résultat attendu en aplanissant les difficultés, en guidant l’élève et en institutionnalisant le savoir. Il découpe un objectif complexe en sous-objectifs (succession de tâches à résoudre).
  • Présente, décrit, schématise, planifie et vérifie.
  • Facilitateur.
  • Confie à l’élève des tâches adaptées à son niveau mais nouvelles et ayant du sens pour lui. Il fait émerger les représentations spontanées.
  • Il guide, anime, aide, provoque, questionne, organise, propose, suggère, laisse agir et remédie, suggère l'autorégulation.
  • Guide, provocateur, médiateur. Anime la phase de confrontation des résultats, créé des situations d’obstacles, fait émerger les conflits et médiatise le consensus.
Rôle de l'apprenant
  • Réactif.
  • Il accomplie une série de tâches, guidé par l’enseignant qui l'accompagne dans la découverte de nouveaux comportements.
  • Il écoute, regarde, réagit et tente de reproduire.
  • Proactif, réflexif, un processeur d'information.
  • Actif.
  • L'apprenant recherche l’erreur, prendre en charge la résolution d'une «situation problème» en surmontant le «conflit cognitif» (hypothèse <–> phénomène).
  • Valide subjectivement le savoir.
  • L'apprenant résout la «situation problème» en surmontant le conflit socio-cognitif (sujet <–> représentations des autres)

    Il donne un sens à une connaissance que si elle apparaît comme un outil indispensable pour résoudre un problème.

Fonction des erreurs
  • Les erreurs sont des « manques » liés à des absences de renforcement. L'erreur est à la charge du concepteur de programme qui ne s'est pas suffisamment adapté au niveau réel de l'élève.
  • Elles sont considérées comme un non-apprentissage.
  • L'erreur devient le « témoin des processus intellectuels en cours comme le signal de ce à quoi s'affronte la pensée de l'élève aux prises avec la résolution d'un problème. ». L'erreur est une information sur les représentations aussi bien pour l'élève que pour l'enseignant.
  • Les erreurs sont des «outils conceptuels», l'expression de l'état des connaissances de celui qui fait l'erreur, une source de progression pour tous.
  • Elles ne sont pas à éviter.
Fonction du questionnement
  • Vise à observer l’élève opérant l’apprentissage.
  • Vise à mesurer la représentation des concepts en interaction binaire (Sujet <–> Monde).
  • Le questionnement vise à susciter la perplexité, le conflit en interaction ternaire (Sujet - Autres - Monde).
Outils informatiques
  • Exerciseurs, tutoriels, exposés informatisés.
  • Outils orientés sur des activités individuelles comme des tutoriels, simulateurs, portfolios, etc.


Modèle:Liens pour approfondir