Ludification

De Centre de Formation Continue - Universite de Rouen

Ludification Vs Jeux Sérieux

La ludification ou gamification (de l’anglais game) est un concept dont on entend parler de plus en plus. Cependant, et malgré le fait qu’il soit en hausse, on peut citer par exemple le I Gamification World Congress qui eut lieu à Valence, Espagne en 2012, il existe encore une certaine méconnaissance du concept en lui-même et de son potentiel d’application (Prieto Martín, 2013 :5).

L’Office québécois de la langue française définit la ludification comme « l’application des mécaniques propres aux jeux, notamment aux jeux vidéo, à diverses disciplines telles la publicité, la commercialisation ou l'éducation, pour inciter de façon ludique les utilisateurs à adopter un comportement souhaité ». Cette tendance, née aux Etats-Unis et popularisé en 2010, consiste donc à transférer les mécanismes propres aux jeux tels les récompenses, les défis ou la progression personnelle à d’autres domaines où ils ne devraient pas, à priori, être utilisés. La ludification repose alors sur le fait de pouvoir rendre divertissantes des taches ou des missions qui autrement seraient considérées peu motivantes ou sans intérêt. De même, elle servirait à améliorer certaines capacités humaines comme le font les jeux, à savoir l’extension de la mémoire ou le développement des réflexes, entre autres.

De son côté, le terme serious game, jeux sérieux en français, est né en 2002 sous l’impulsion de Ben Sawyer, entrepreneur du jeu vidéo, et Michaël Zyda, professeur d’informatique à l’Université de South California. Depuis, des entreprises, des organismes éducatifs, des organisations internationales ou des organismes de santé utilisent ces jeux sérieux. Il peut être défini comme «l’ application informatique, dont l'objectif est de combiner à la fois des aspects sérieux (Serious) tels, de manière non exhaustive, l'enseignement, l'apprentissage, la communication, ou encore l'information, avec des ressorts ludiques issus du jeu-vidéo (Game). Une telle association a donc pour but de s'écarter du simple divertissement. » (Alvarez, 2007). Ils se différencient des jeux vidéo principalement par rapport à leur finalité. Dans le premier cas, le but est uniquement l’amusement alors que dans les jeux sérieux l’aspect ludique est mis au service de l’apprentissage.

Les jeux sérieux:

- Utilisent les avantages des jeux vidéo et son design (surtout pour l’immersion, la rétention d’information, les mécanismes et la primauté du plaisir

- Se basent sur les théories de l’apprentissage et de résolution de problèmes par environnement et par structure

- Ont des objectifs pédagogiques clairs

- Sont utilisés pour des usages concrets: enseignement, communication, idéologie, information, etc.

Ils sont adresses à un public très varié allant des étudiants, a des professionnels et consommateurs et ils sont faits pour proportionner un cadre d’ amusement et auto renforcement pour motiver, éduquer et entrainer les joueurs.

Quelle est donc la différence entre la ludification et le jeu serieux ?

Le « jeu sérieux » est également une incursion du jeu dans d’autres sphères mais il se distingue de la ludification car il prend l’apparence d’un jeu vidéo classique, adapté pour répondre à un besoin.

Les différentes formes

Les « jeux sérieux » prennent différentes formes, en général on rencontre souvent la forme la plus classique : se présentant sous la forme d'un jeu vidéo, avec parfois une histoire. L'utilisateur évolue dans l'univers du jeu sérieux et au cours de son évolution dans l'histoire, acquiert des compétences par des modalités consultatives, et des validations via des interactions telles que questions, cases à cocher, énigmes, etc... (http://neurodyssee.org)

Une forme de « jeu sérieux » plus immersive apparaît, les jeux sérieux dits immersifs ont la particularité, de placer l’utilisateur dans le contexte spatial ou l’environnement du jeu. Ces jeux sérieux font appels à des technologies plus abouties telles que la réalité augmentée (http://www.eveil-3d.eu/francais/26.php), ou à des concepts tels que la mobilité. L'utilisateur va se déplacer dans un contexte particulier d'environnement réel, nature, rue, ville. L'application, le jeu sérieux, va proposer sur des processus soit de réalité augmentée (affichage d'une couche d'information complémentaire sur l'image réelle acquise par un équipement vidéo tel qu'un objectif de téléphone portable), soit d'information augmentée tels que Qrcodes, ou technologie NFC (Near Field Communication). Le jeu sérieux va se dérouler à la fois dans la vie réelle et l'équipement mobile de l'apprenant qui permettra d'acquérir des informations qui permettront d'évoluer dans le jeu. (plug : http://plug-futur-en-seine.it-sudparis.eu/?idr=11). Le jeu sérieux peut devenir alors social si on lui appose la couche supplémentaire de partage d'information via un réseau social, ou du transfert d'informations sans contact. L'émergence de ces technologies est notamment favorisée l'équipement massif des nouveaux outils tels que les smartphones ou les tablettes numériques. Avec ce type de jeux sérieux, proposant des activités dans un environnement particulier en mobilité suivant des pratiques sociales, nous sommes à mi chemin entre l'application informatique, et le jeu de rôle plus théâtral, où les apprenants jouent un rôle.

Les fonctions

Il est généralement admis * que 5 fonctions essentielles peuvent etre attendues des jeux sérieux


APPRENDRE - «Engranger une connaissance, s’entraîner, pratiquer, se former.»

Cela va de soit, un jeu sérieux peut d’abord permettre au joueur d’engranger une connaissance comme dans Cornak (jeu de formation d’aide à la gestion d’un porte feuille client). Cependant, la fonction apprendre dépasse la simple transmission d’information puisqu’elle comprend aussi les notions de formation et d’entraînement (cérébral ou physique). Ces jeux sérieux peuvent donc transmettre une connaissance et/ou une capacité (mémorisation, adresse, esprit d’équipe, rapidité…).


COMPRENDRE - «Se sensibiliser, s’informer, décider, faire évoluer sa perception.»

Faire évoluer la perception d’un joueur sur un sujet lambda est un défi relevé tous les jours par les serious games, nous vous en parlions d’ailleurs dans le dernier article avec 1979: The Game.

Véhiculant bien souvent un sujet peu attrayant pour la cible (Consommation d’alcool dans Secret Happy Night, Situation au Darfur dans Darfur is Dying…), ces jeux sérieux permettent de sensibiliser le joueur afin qu’il comprenne les ressorts d’une problématique. Sa perception du sujet pourra ainsi tendre vers une image plus positive ou négative que celle qu’il s’en faisait.


PROMOUVOIR - «Véhiculer un message promotionnel, markéter, améliorer une image, expliquer le bien fondé»

La fonction promouvoir est utilisée pour améliorer la perception d’une cible sur un produit, une marque, une entreprise, un service ou un process. Les messages véhiculés par ces jeux sont donc présentés de manière avantageuse de la part d’une marque, d’une entreprise ou d’un organisme public. D’une certaine manière, ce sont des jeux de sensibilisation à caractère commercial. Trust de Danone est un serious game expliquant au joueur le bien fondé de la démarche du groupe.


EVALUER - «Collecter les données d’un utilisateur ou d’une masse d’utilisateurs afin d’en analyser les comportements»

Le jeu sérieux peut également servir à la récolte de données en invitant le joueur à produire des informations le concernant ou concernant un sujet lambda. Celles-ci sont ensuite remontées aux concepteurs du jeu pour analyse.

Ces analyses permettent :

De mesurer un savoir-être chez le joueur.

De mesurer un savoir faire chez le joueur.

De produire une étude statistique quantitative. On qualifie alors ces jeux de data games.


SOIGNER - «Prodiguer un soin, une thérapie ou éduquer le patient à l’auto-soin»

Ils existent déjà ! Ces jeux magiques qui agissent mentalement ou physiquement sur le joueur dans un but de guérison ou d’optimisation de son état de santé.

Comme beaucoup de thérapies, celles prodiguées par ces jeux sont souvent rébarbatives ou difficilement acceptables par les patients. Grâces aux mécaniques ludiques des jeux sérieux, elles sont rendues attrayantes et interactives.

L’éducation thérapeutique du patient (ETP) vise à aider les patients à gérer au mieux leur vie avec une maladie chronique. À destination des jeunes diabétiques, le jeu Time Out apprend au joueur à magner sa pompe à insuline en fonction de son alimentation. Ce jeu prodigue donc une formation à l’auto-optimisation de l’état de santé.


http://blog.seriousgame.be/wp-content/uploads/2011/10/timeout01.png

  • source principale : laurent ANION

http://www.youtube.com/watch?feature=player_embedded&v=QDi9e5pbvNI

Les secteurs

- Santé

- Environnement

- Education (université...)

- Économie (finance)

- Marketing (production de services ou de biens)

- Armée, sécurité

- Sciences

- Politique

- Société

- Sport

La typologie des jeux

- Advergames (jeux vidéos publicitaires) : Jeux vidéos qui cherchent à promouvoir l'image d'une marque. Le mot advergame est un néologisme qui vient de la contraction de advertisement et game. Par exemple, Donkey Kong, Nintendo, 1981.

- Edugames (jeux vidéos éducatifs). Par exemple, Revolution, MIT, The education arcade, 2004.

- Exergames (jeux proposant des exercices physiques notamment)

- Datagames (jeux basés sur des données)

- News games (jeux basés sur l’actualité)

- Edumarket games (jeux combinant messages informatifs ou éducatifs avec une marque). Par exemple, Joue avec les p'tits repères, E.LECLERC 2005-2008.

- Health games (jeux dédiés à la santé)

- Military games (jeux militaires/stratégie)

Des exemples de jeux sérieux & leur(s) marché(s)

Éducation

Backstage game  : Ce jeu a pour but d’apprendre au joueur (plutôt des adolescents/jeunes adultes) la gestion de projet à travers l’organisation d’un concert [1]

Code Fred : mode survival  : Ce jeu a pour but d’apprendre le fonctionnement du corps humain en aidant Fred à fuir ses ennemis et en réalisant des minis jeux [2]

Pagaille à Versailles  : Cet edugame plonge le joueur (8-12 ans) à la cour de Versailles au temps de Louis XIV. Il est l’architecte du roi et va apprendre l’histoire tout en bâtissant le château (9).

Entreprise

Busy workers  : Ce jeu est basé sur un principe de cliquer-glisser avec un graphisme peu élaboré. Le joueur se retrouve sur un chantier à déplacer des ouvriers qui doivent manipuler des produits parfois dangereux. Il apprendra ainsi certaines règles de sécurité (6).

Renault : Renault Academy

Jeu de simulation d'entretien de vente (10).

Renault-Academy.jpg

Auchan : Auchan (JobinLive)

Un serious game réalisé par la société JobinLive (spécialisé dans l'aide au recrutement par internet et vidéo) pour le compte du groupe Auchan (16). Il s'agit d'un simulation d'entretien d'embauche virtuel: choisissez un métier pour lequel vous postulez, et répondez au question de votre interlocuteur virtuel par votre webcam et le micro. L'application vous filme, et vous permet de visualiser votre entretien pour corriger vos fautes.

Auchan jobinlive.jpg

Divertissement & Entreprise

Orange : Mind up

Serious Game destiné à enrichir les connaissances de l'utilisateur dans le domaine des télécoms (13).

MindUp.jpg


BNP-Paribas : Starbank

Un serious game lancée par la BNP Paribas, qui vous propose de développer des services bancaires dans une cité futuriste (15). A vous d'implanter vos points de ventes, de choisir les services à développer, afin d'atteindre la rentabilité et satisfaction client maximale...

Starbank.jpg

État - Gouvernement & Entreprise

RATP : Frauder n’est pas jouer

Un serious game de la RATP pour sensibiliser le grand public au fait de ne pas utiliser le bus ou métro sans avoir acheté au préalable un titre de transport (17). Le gameplay est ici basé sur une course poursuite entre l'utilisateur qui incarne un fraudeur et deux contrôleurs gérés par l'ordinateur. Le jeu est ici de type "suicide" : le joueur ne peut que perdre. Son challenge est donc de rester en piste le plus longtemps possible. Cette unique issue dans le jeu met ainsi en relief le message de la RATP qui souhaite sensibiliser le grand public au fait qu'il n'est pas possible de gagner en fraudant. Plus de 100 000 internautes ont visité le site dans le cadre de la campagne Objectif Respect et plus de 5000 d’entre eux se sont relayés sur les forums pour faire progresser le dialogue entre les agents du service public – souvent incompris – et les voyageurs.

Frauder.jpg

Marchés : État - Gouvernement - Militaire & Publicité

La défense : Etre marin

Un serious game pour présenter le métier de marin au grand public, et attirer de nouvelles recrues dans le corps de la Marine Nationale (18). Ce jeu propose une mission de ravitaillement en mer : maintenez le cap de votre bateau de manière à ce qu'il puisse être ravitaillé.

Etre-marin ravitaillement-en-mer.jpg

État - Gouvernement - Éducation & Politique

Le ministère du budget : Cyber Budget

Un serious game destiné à expliquer le fonctionnement du ministère du budget de l'Etat français (19). Le jeu Cyber-Budget propose à tout internaute d’approfondir ses connaissances relatives à la gestion des finances publiques d’une façon à la fois interactive et pédagogique. Amené, le temps du jeu, à remplacer le ministre du Budget, vous devez accomplir successivement quatre missions en conformité avec le calendrier budgétaire : la préparation du budget, sa programmation, son examen par le Parlement et sa gestion. Au cours des trois premières missions (préparation, programmation et examen par le Parlement), une série d’épreuves ludiques propose de développer votre connaissance de l’environnement budgétaire (ordres de grandeurs, structure, négociations, nouvelles présentations par objectif etc.). Vous devrez par exemple montrer votre capacité à manœuvrer entre les contraintes du déficit et de la croissance économique (cf. jeu de la Montgolfière budgétaire). La quatrième mission vous plonge au coeur de la gestion budgétaire puisqu’il s’agit de prendre les commandes du budget de la France en assurant l'équilibre des finances publiques. Au bout de cette aventure budgétaire, vous ferez le bilan de vos résultats et une surprise attend les meilleurs.

Cyber-budget.jpg

Divertissement - Recherche scientifique & Entreprise

Thalès : Moonshield

Un jeu de stratégie dans lequel vous devez développer une station lunaire vouée à la protection de la planète Terre contre les impacts de météorites (11). A vous de gérer au mieux vos ressources pour mettre en place des outils de détection et de destruction des météorites, tout en construisant une ville lunaire accueillante pour les colons qui travaillent au sein de ce système de défense. Ce serious game est déstiné à mettre en avant les technologies aérospatiales développées par la société "Thales".

Moonshield.jpg

Divertissement - Humanitaire / Caritatif & Entreprise

Orange : Flee the skip

Flee the Skip est un Serious Game multijoueur qui se joue en réseau et qui nécessite 4 joueurs (14). Il teste le sens de la solidarité des joueurs en proposant le challenge suivant : Faire sortir, en moins de 20 minutes, tous les personnages du jeu d'une benne high-tech truffée de pièges et d'ennemis. Les personnages du jeu sont des téléphones mobiles à clapet dont la particularité est de présenter des malfaçons. Mais si les joueurs s'entraident, ces différentes anomalies deviennent alors des forces complémentaires. Au début de la partie, chaque joueur incarne aléatoirement un des 4 téléphones mobiles. Chaque joueur utilise les flèches du clavier pour se déplacer et sauter. La barre d'espace permet d'accomplir une action spéciale propre à chaque personnage :

  • Brain (le mobile bleu) trouve les codes secrets mais communique avec difficulté.
  • Shortcut (le mobile rouge) lance des éclairs qui tuent certains ennemis mais rechargent les amis. Cependant il doit se recharger souvent.
  • Hack (le mobile noir) désactive les champs de force et saisit les codes secrets trouvés par Brain. Néanmoins il se décharge dans les champs de force.
  • Clap (le mobile jaune) résiste à certains assauts ennemis. Par contre, il saute moins haut et se déplace moins vite que ses amis.

Flee-the-skip.jpg

Écologie & Entreprise

Orange : Hutnet Island

Dans ce Serious Game il faut aider le maire de Hutnet Island à sauver son île de la catastrophe liée à la surconsommation de papier (12). Ce titre invite le joueur à réfléchir à l'usage du papier et à voir s'il peut limiter sa consommation. A noter que ce titre est probablement l'un des premiers Serious Games à avoir été décliné sur table interactive.

HutNetIsland.jpg

Conception d’un jeu sérieux

Les acteurs

Nous entendons par "acteurs" tous ceux qui participent à l'industrie du jeu sérieux http://ja.games.free.fr/ludoscience/PDF/EtudeIDATE08_VF.pdf:

- Le développeur réalise toute la programmation du jeu

- Le graphiste doit mettre au point l'environnement virtuel (plus ou moins réaliste), les personnages mais aussi les interfaces (boutons de jeux, écrans de démarrage, transition, fin) et éventuellement les animations. C'est ce travail qui va principalement donner l'ambiance du jeu.

- Le scénariste ou game designer a pour fonction de décrire le gameplay, le scénario, la gestion des interactions au fil de l'histoire, pouvant créer un scénario plus ou moins complexe à réaliser

- Le chef de projet s'occupe de la gestion pratique du projet (planning, réunions...) et permet surtout une bonne communication et compréhension entre les différents acteurs.

- Les éditeurs (de jeux sérieux)

- Les diffuseurs (de jeux sérieux et exploitants de jeux sérieux en ligne)

Gameplay

La question du game play est essentielle. Un des principaux reproches – et qui conduit souvent à l’insuccès public des serious game – est leur manque de jouabilité (Natkin, 2004 Alvarez, Djaouti, 2008). En effet, les jeux sérieux ont tendance à privilégier l’aspect pédagogique au détriment de l’aspect ludique et l’esthétique. Or, si l’objectif est d’immerger le joueur, il ne sera pas dupe quant à l’objectif premier du serious game – lui apporter des savoirs/savoir-faire. Comme le rappelle Natkin, il y a une part de bluff dans le jeu vidéo qui permet l’apprentissage par le joueur des difficultés à surmonter.

« Les règles d’un jeu vidéo sont en général très simples, mais ce qui en fait l’apparente complexité et l’intérêt c’est qu’elles ne sont pas connues du joueur. Le manuel, rarement consulté, comporte une description très schématique de l’univers. Le joueur se lance dans l’aventure et découvre ennemis, pièges et stratégies dans un processus d’apprentissage savamment contrôlé qui lui donne une sensation de dépassement essentielle pour l’intérêt du jeu. Il devient plus fort, comprend de plus en plus l’univers hostile qui l’entoure et triomphe de monstres de plus en plus gros et d’énigmes de plus en plus complexes. Il s’affirme comme le héros du jeu. Or tout ceci n’est qu’un gigantesque bluff : le concepteur du jeu a caché les règles et les modifie dynamiquement en fonction de la progression du joueur et, dans certains cas, d’une mesure de son efficacité. S’il perd trop souvent on lui fournit une aide pour s’en sortir. Lorsqu’il bat tous les monstres d’un coup de pied et de deux sorts magiques, le jeu lui envoie des monstres qui résistent à cette stratégie » (Natkin, 2004)


Le gameplay d’un jeu sérieux peut être de type « jeu » ou de type « jouet ». Dans le premier cas de figure, les objectifs du jeu sont fixés. Le joueur peut ainsi réussir ou échouer et peut s’évaluer. Dans le type « jouet », il s’agit plus d’un but exploratoire. Il n’y a pas d’objectif précis même si le joueur peut lui-même se donner des buts à atteindre.

Pour aider à concevoir un jeu sérieux, on peut se baser dans un premier temps sur la grille d’analyse du jeu sérieux élaborée par de l’académie de Toulouse. Elle permet d’aider à définir les spécifications techniques, ludiques, pédagogiques et didactiques.5

Le coût d'un jeu sérieux

Selon Laurent Auneau (2011) (fondateur de Succubus Interactive), un jeu sérieux représente un investissement de 20 000 et 200 000 euros. Ce montant varie en fonction de la quantité de contenu, la qualité souhaitée ainsi que le type de jeu et la technologie utilisée. Une formula mathématique est proposée pour obtenir une estimation du coût :

J * (T+Q+L)

J représente le "type de jeu". Par exemple, un jeu d’habileté (4000 euros), ne représentera le même montant qu’un jeu de stratégie (6000 euros) ou d’action (8000 euros).Un jeu qui utiliserait une combinaison de types de jeux augmenterait la facture d’autant. A ce montant de base, prendre en compte les coefficients T la "technologie", Q la qualité et L, la longueur du jeu en heures (ces valeurs varieraient de 0 à 3).

Béatrice Lhuillier propose des solutions pour faire baisser la note, notamment en utilisant des briques de développement déjà existantes (fonctionnalités, briques de gameplay, moteurs de jeu adaptables, etc)20.

Le jeu sérieux le plus cher du monde à l’heure actuelle aurait coûté dix millions de dollars. C’est le montant investi par Liliane Bettencourt pour la création de PULSE ! (Breackaway), un jeu sérieux hyperréaliste qui immerge le joueur dans l’univers des urgences médicales. Ce jeu a pour vocation de former les médecins à des situations d’extrême urgence. 21

Notes et références

1- http://www.cerimes.fr/

11- http://eduscol.education.fr/numerique/dossier/apprendre/jeuxserieux/notion

3- http://serious.gameclassification.com/FR/

4- ALVAREZ, Julian, Du Jeu vidéo au Serious game : approches culturelle, pragmatique et formelle, Thèse spécialité Sciences de la communication et de l'information, Université de Toulouse II (Le Mirail), Université de Toulouse III (Paul Sabatier), décembre 2007, p.9.

5- http://pedagogie.ac-toulouse.fr/ecogest/IMG/pdf/Grille_analyse_jeu_serieux.pdf

6- http://vahur.net/busyworkers/game.html

7- http://www.backstage-game.com/

8- http://www.msichicago.org/play/codefred/#.UzqYEqh_vTp?utm_medium=twitter&utm_source=twitterfeed

9- http://www.versailles3d.com/pagaille-a-versailles/#/le-chateau/0

10 - http://serious.gameclassification.com/EN/games/17841-Renault-Academy/index.html

2 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/1087-Moonshield/index.html

12 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/1315-Hutnet-Island/index.html

13 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/1316-MindUp/index.html

14 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/14641-Flee-the-skip/index.html

15 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/14090-Starbank/index.html

16 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/13265-Auchan-JobinLive/index.html

17 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/949-Frauder-nest-pas-jouer-Objectif-respect/index.html

18 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/14360-Etre-Marin--Ravitaillement-en-Mer/index.html <img src="http://www.gameclassification.com/files/games/etre-marin_ravitaillement-en-mer.jpg">

19 - http://serious.gameclassification.com/FR/games/763-Cyber-Budget/index.html

20 - Article de Charles Brisson (2012). http://cursus.edu/article/17973/jeu-serieux-combien-coute/#.U6cG90BRYcY

21 - http://www.serious-game.fr/le-serious-game-le-plus-cher-au-monde/